Deux cités engagés sur le chemin de l'amitié qui conduit à l'Europe

Publié le par Sébastien Chochois

Article de Claude Bauman, paru dans La Voix du Nord, du jeudi 2 novembre 1989.

En choisisant d'emprunter ensemble, et d'un pas assuré, le chemin de l'amitié, Outreau et Eppelborn ont contribué à consolider les fondations de la "Maison Europe". En misant sur un esprit d'affection réciproque exprimé dans la politique d'Aristide Briand et Gustav Stresemann et dans la littérature par Jean Giroaudoux et Thomas Mann, elles ont rejoint les rangs serrés des 5 millions et plus de jeunes qui, depuis vingt-sept années participent aux échange de l'Office franco-allemand de la jeunesse. Pour y nouer de solides liens amicaux et fraternels. Elles ont accompli leur démarche en toute liberté, en se souvenant de leurs racines communes : la France de Charlemagne. S'explique dès parfaitement la cordialité qui caractérise leurs rapports, certes naissants mais déjà très étroits, à l'instar de ceux qui soudent les familles unies.
Cette bienveillance qui part du coeur s'était, ici, manifestée en juillet dernier, alors que dans le cadre d'une signature de charte de jumelage, nos hôtes sarrois, étaient conviés à participer aux cérémonies officielles du bicentenaire de la Révolution française. Un "temps forts", qui, pour eux, restera mémorable.
Elle s'est exprimée avec plus de force encore, à la faveur du dernier week-end d'octobre, vécu au coeur du "Saar-Nahe-Bergland", le pays des montagnes ouvert entre la Sarre et la Nahe.
En effet, ce n'est pas tout à fait en qualité d'invités officiels ou en hôtes, tout aussi "officiels", venus des bords de la Manche, que les habitants des huits villages (voir ailleurs) d'Eppelborn ont accueilli les 64 outrelois et, à leur tête, M. Jean-Marie François et son épouse. Mais plutôt en amis animés de l'ardent désir de comprendre la'utre et de s'enrichir de sa différence.
Le fait qu'ils les aient amenés à s'associer, en toute simplicité, à leurs fêtes et réjouissances locales, comme à Eppelborn, avec les enfants des écoles à Wiesbach, pour l'inauguration de leur"Place d'Outreau", centre de vie et d'union d'un village de 4 000 âmes, ou à Dirmingen, dont le coeur battait à l'unisson d'une "Ritterfest" à laquelle, chacun de ses habitants, et eux seuls, contribue, est, en cela, significatif. Et caractéristique d'une volonté clairement affirmée de concrétiser, sans perdre le moindre instant, les grands préceptes d'entente et d'amitié partagée définis par une certaine charte de juemlage.
Les Outrelois ont eu, dimanche soir, quelque mal à quitter Eppelborn. Faut-il s'en étonner ?
Assurément pas, car il est toujours, très difficile de se séparer de l'ami qui vous fait partager les joies de sa table et de sa vie au quotidien. Laquelle s'est, pour l'occasion, aussi traduite en termes de culture picturale (la découverte d'expositions enfantines) de tourisme (la croisière sur la Sarre et la visite de la brasserie Schäfer) et de musique (les concerts, dont celui offert par la carillon "Région Nord-Pas-de Calais).
"Glück Auf", "Bonne chance", le salut des mineurs sarrois lancé par M. Schmitt pour le jumelage Outreau-Eppelborn apparaît, dès lors, presque ... superfku. Car la chaîne de l'amitié a été forgée dans le plus pur métal par des artisans épris de leur Art !

numérisation0005
numérisation0006

Par delà les conventions et le cérémonial, le jumelage Outreau-Eppelborn, c'est aussi cela : une mini-croisière, entre amis, sur le fleuve Sarre... qui prend sa source en France. Et l'intronisation des deux premiers magistrats MM. Lutz et François, faits chevaliers de la Confrérie des Brasseurs, à la "Ritterfest" de Dirmingen, l'un des huit villages de la commune d'Eppelborn.

numérisation0007


numérisation0009
numérisation0008
Les cadeaux confortent l'amitié, assure le vieil adage. Ils symbolisent, aussi, l'idée que l'on a de celle-ci. Amitié passagère ou amitié durable qui s'inscrit dans le temps. Pour affronter ses rigueurs et ses écueils. Oeuvre du sculpteur Ursula Wagner, le "Phénix" offert par M. Lutz, maire d'Eppelborn, à son collègue M. François, maire d'Outreau, est, en ce sens, particulièrement significatif d'une volonté de parcourir le plus longtemps possible, et ensemble, le chemin de l'amitié Outreau-Eppelborn.
Un chemin qu'illuminera cette magnifique lampe "Made in Desvres" remise par M. François et au nom de tous les Outrelois, à son ami M. Lutz, bourgmestre d'Eppoelborn. Et puisqu'il fallait une fin à ce "temps des cadeaux", moment privilégié d'une rencontre, place fut faite à la lière coulant à flot. Une délicieuse "Schäfer Pils", produite à Dirmingen, l'une des huit communes de la Cité d'Eppelborn, pour l'occasion. "Et pour les amis outrelois !", ainsi que nous l'a confié M. Schäfer, le brasseur sarrois attaché aux belles... et bonnes choses.

Commenter cet article